Ville de Kerma

La ville de Kerma est la capitale du premier royaume de Kouch, dont le territoire s’étendait, à son apogée, de la Première à la Cinquième cataracte.

La ville a été fouillée entre 1977 et 2002 par la mission archéologique suisse au Soudan qui mit en évidence toute la complexité de son organisation. La ville a été fondée vers 2500 av. J.-C., peut-être suite à l’abandon de l’agglomération Pré-Kerma, située quatre kilomètres à l’est, en raison de l’assèchement de plusieurs bras du Nil. Cependant, la continuité entre l'agglomération Pré-Kerma et la ville de Kerma n'est pour l'instant pas démontrée.

Elle se développe dès le Kerma ancien autour d’un sanctuaire primitif et de ses dépendances. La succession des lieux de culte sur ce même emplacement durant près de mille ans conduit au développement d’un quartier religieux complexe, composé de chapelles, de magasins et d’ateliers, qui connaît de nombreux remaniements attestant de sa vitalité. Aujourd’hui encore, les ruines de la Deffufa occidentale, centre du pouvoir religieux, atteignent près de 20 mètres de haut et dominent la ville. Le siège du pouvoir politique se trouve quant à lui dans le palais situé à 50 mètres au sud-ouest. Il comprend une "grande hutte" circulaire (14 mètres de diamètre) qui devait servir pour le roi de salle d’audience ou d’apparat.

La ville est protégée par des murs, des bastions et des fossés modifiés au gré de son expansion. Au Kerma moyen, elle s’inscrit dans un carré d’environ 170 x 170 mètres et est dotée de six accès orientés de toutes parts. Au Kerma classique, des extensions modifient la configuration de la ville. A la fin de cette époque, elle atteint plus de 20 hectares. Si une importante avenue la traverse, les voies d’accès qui conduisent au centre sont essentiellement des passages étroits. Les maisons sont le plus souvent constituées de deux corps de bâtiments rectangulaires séparés par une cour. Les plus spacieuses se trouvent proches des voies menant au centre de la ville, et sont presque toutes pourvues d’une cour, aux murs parfois sinueux, où sont installés les cuisines, les silos et quelques annexes domestiques.

L’identification de quartiers bien différenciés confirme le statut particulier de cette métropole, probablement réservée à l’élite royale et à la classe dirigeante. Les souverains nubiens ont maintenu l’indépendance du royaume pendant près de mille ans face à leur conquérant voisin égyptien. Le royaume de Kerma prend fin vers 1450 av. J.-C. avec la conquête de Kouch par les pharaons de la XVIIIe dynastie, notamment Touthmosis III. Ils détruisent la capitale, la condamnèrent et fondèrent une nouvelle ville à 1 km plus au nord, sur le site de Doukki Gel.

Pour en savoir plus, consultez les publications de C. Bonnet.